Section de la CORSE-DU-SUD
 DRFiP de Corse du Sud
2 avenue de la Grande Armée BP 410
20191 AJACCIO Cedex
 04-95-23-51-70  04-95-23-79-89
 fo.drfip2adgfip.finances.gouv.fr

M. de Molliens, le DRFIP qui ne sait pas ce qu’il fait !

CTL Emplois du 9 janvier 2018

M. de Molliens, le DRFIP qui ne sait pas ce qu’il fait !

Ce mardi 9 janvier devait se tenir le CTL emplois au cours duquel devait être présentée au niveau local la déclinaison des suppressions d’emplois décidées au niveau national.

Les élus au CTL ont une nouvelle fois dénoncé l’insuffisance des documents utiles et nécessaires à la préparation de cette réunion particulièrement importante. Ils ont par conséquent demandé le report de ce Comité afin de permettre à la direction de communiquer en temps et en heure ces documents.

M.de Molliens a refusé d’accéder à la demande des syndicats, se défaussant dans un premier temps sur la direction générale en déclarant qu’il ne comprenait pas sur quelles bases ces suppressions d’emplois étaient décidées. Par conséquent, il considérait être dans l’incapacité de produire les documents explicatifs.
Relevant le caractère surréaliste de cet argument, les élus lui ont rappelé que la répartition des suppressions d’emplois au niveau local est sous sa seule responsabilité, et qu’il lui revient d’expliquer ses choix et de communiquer aux élus, dans les 8 jours précédents les CTL, les éléments d’information qui les ont déterminés.
Persistant dans sa ligne de défense, le DRFIP a déclaré qu’il ne pouvait pas "justifier l’injustifiable", que le processus de répartition du volume des suppressions d’emplois était totalement "irrationnel", et qu’il était incapable d’expliquer pourquoi le département subit 5 suppressions d’emplois cette année !

Les élus lui ont fait remarquer que son "incompréhension" de la politique des suppressions d’emplois menée au niveau national était sans rapport avec leur demande initiale et ont réitéré leur exigence d’avoir accès aux informations nécessaires. En effet, le seul document préparatoire (un tableau d’une page !) remis aux élus, outre ses inexactitudes, laissait supposer que la direction locale allait se livrer à une redistribution massive des emplois dans le département : près de 40 emplois impactés (transferts, suppressions, transformations … autres ?) sans la moindre explication !

M. de Molliens a repris sa litanie et en a rajouté en expliquant qu’il ne savait pas ce qu’il faisait !

Face à cette tartufferie d’un DRFIP refusant d’expliquer ses décisions et ses choix en matière de réorganisation et de restructuration des services, toutes les O.S. ont renoncé à laisser se poursuivre cette pantalonnade et ont quitté la salle.

Les élus FORCE OUVRIERE au CTL