Section de l’OISE
 2 rue Molière - 60000 Beauvais
permanence le lundi
 03-44-06-35-68
 fo.ddfip60dgfip.finances.gouv.fr

Journée MORTE à la DDFiP de l’Oise !!!

cliquez ci-dessus pour consulter la page spéciale "journée morte à la DGFiP"

cliquez ci-dessus pour télécharger le tract FO suite à l’annonce des projets de restructurations

En pleine période des vacances scolaires, à l’appel unitaire de leurs syndicats FO-CGT-Solidaires, 16,73% des agents de l’Oise ont décidé de faire grève pour :

  • défendre les missions,
  • défendre les emplois,
  • défendre le collectif de travail et les conditions de travail,
  • défendre le service public gratuit.

Dans l’Oise, a moins 7 services ont dû fermer leurs portes :

  1. Auneuil
  2. Breteuil
  3. Estrées-St-Denis
  4. Méru municipale
  5. SIP de Compiègne
  6. SIP de Beauvais
  7. SIE de Méru

REVUE DE PRESSE

RASSEMBLEMENT à BERCY


cliquez ci-dessus pour lire l’article complet publié sur le site national FORCE OUVRIERE

Au plan national, à la DGFiP, le taux de grévistes a atteint 10%, ce qui est tout à fait louable dans le contexte actuel. En effet :

  • il s’agissait des vacances scolaires pour beaucoup (1/3 du territoire) ;
  • une grève importante est en perspective le 22 mai 2018 ;
  • le taux est supérieur à celui de la grève de novembre 2017 à la DGFiP ;
  • avec moins d’agents devant être présents dans les services, l’effet de la grève est accentué.

Cette grève ’’journée morte’’ a donc permis :

  • de rendre visible la situation de la DGFiP ;
  • de confirmer la persistance de l’inquiétude des agents des finances publiques ;
  • de montrer que la colère monte à la DGFiP ;
  • de faire mentir la communication officielle ;
  • de perturber la campagne IR ;
  • d’obtenir de fortes retombées dans la presse régionale, partout en France.
Atteignant 17% pendant les vacances scolaires, le taux de l’Oise est donc particulièrement élevé.
Il faut bien évidemment l’analyser comme la conséquence directe du comportement de notre direction, en pleine surenchère de restructurations, mais incapable d’en accompagner correctement une seule.
Un sentiment d’immense mépris gagne l’ensemble des services.
A juste titre.