Section des HAUTES-ALPES
 section FO-DGFIP des Hautes Alpes
Cité Administrative Desmichels
05016 Gap cedex
 04-92-51-29-72
 fo.ddfip05dgfip.finances.gouv.fr

La section syndicale FO DGFIP du 05 décrypte les propositions du ministre et du directeur général et alerte nos collègues

"Géographie dite revisitée". Que recoupent ces mots ?

En avant-propos, signalons qu’un texte législatif de 2018 prévoit que 322 collectivités locales (les plus grandes) pourront demander à se voir déléguer pour trois ans la fonction actuellement exercée par le comptable public ; ce pourrait être un fonctionnaire d’État ou un fonctionnaire territorial ou hospitalier. Les agents des trésoreries concernées seraient détachés d’office. Ces collectivités ont jusqu’au 31 mars 2019 pour se décider avec une application au 1er janvier 2020.
Mais quid des autres collectivités qui sont majoritaires dans nos départements comme le 05 ?
Le 9 janvier 2019, le directeur général dans une réunion exposait sa vision à l’horizon 2022 d’une « géographie revisitée ».
Le réseau comptable serait organisé en back et front office.

  • Front office : des cadres, un par intercommunalité, proposeraient des prestations aux collectivités : analyses financières, conseils aux élus, expertise… Leur présence serait ponctuelle sur des « points de contact » dans des maisons de service au public (MSAP), dans des locaux des collectivités, le contact ne se faisant que sur rendez vous. Le Directeur Général précise qu’en « zone rurale ou en périphérie de grandes villes », il s’agit de proposer des « formes de présence qui permettent d’apporter un service là où la DGFIP ne le sera plus sous la forme traditionnelle d’une trésorerie »
  • Back office : il effectuerait « les tâches industrialisables (paiement des dépenses, gestion des recettes, tenue de la comptabilité) ». Il serait assuré par une ou deux structures par département.

Pour le directeur général, il y aurait également regroupement des SIP et SIE, resserrement des SPF. Le Directeur Général rajoute : « ces propositions devront intégrer des hypothèses de diminution d’effectifs à l’horizon 2022 ». Fin 2018, chaque directeur local pourrait avoir la cible de suppressions d’emplois jusqu’en 2022.
Oui, un véritable acharnement gouvernemental pour détruire la DGFIP et ceci à très court terme.

  • Arrêt des suppressions d’emplois
  • Maintien de l’ensemble des services et trésoreries existants
  • Non à tout transfert de services, à toute externalisation ou abandon des missions relevant de la DGFIP
  • Discutons de comment résister, comment revendiquer, comment reconquérir tous nos droits, toutes nos missions.

Gap le 15 janvier 2019