Section de la CORSE-DU-SUD
 DRFiP de Corse du Sud
2 avenue de la Grande Armée BP 410
20191 AJACCIO Cedex
 04-95-23-51-70  04-95-23-79-89
 fo.drfip2adgfip.finances.gouv.fr

Masque ou Crève

(situation à la date du 16 mars concernant le CFP de Cuéno, à Ajaccio, où 5 cas positifs au COVID ont été détectés en quelques jours)

Masque ou Crève

Pas de désinfection intégrale du site en une fois parce que l’administration n’est obligée de désinfecter que le seul service où survient une contamination.
Pas de dispositif de test offert sur l’ensemble du site de Cunéo parce que ça serait difficile à organiser ; alors que dans les écoles on le propose déjà au bénéfice de populations plus nombreuses que la centaine d’agents présents sur Cunéo.

Ces demandes de bon sens, formulées en relais des inquiétudes des agents, ont fait l’objet d’une fin de non recevoir sous couvert de justifications particulièrement douteuses.

De l’art de raisonner comme un parapluie

On nous répète laconiquement que les protocoles sont respectés et on ajoute que si tout le monde portait en permanence le masque il n’y aurait pas de problème. Le corollaire scandaleux de ce genre de raisonnement c’est que les collègues testés positifs en portent la responsabilité. Évidemment, il est plus confortable de chercher des coupables plutôt que s’atteler à proposer des solutions, fussent-elles simples et promesses d’une approche enfin efficace.

Ce genre de réflexion, à la limite du sophisme, traduit l’incapacité de la direction locale à sortir des raisonnements parapluie qui s’attachent à disserter des causes et se gardent de gérer les conséquences.

Bienvenue dans le sanito-protocolisme

Rappelons que les protocoles, c’est le minimum réglementaire et que, face à une situation exceptionnelle, il est de bon sens d’adopter des mesures exceptionnelles. Mais il semble que celles-ci soient jugées extravagantes… A moins que 5 cas détectés positifs sur un site en quelques jours n’aient rien d’exceptionnel ?!

Ce qui est indubitablement exceptionnel en revanche, c’est l’amateurisme le plus total avec lequel, vendredi 12 mars, le protocole semble avoir été appliqué au CFP de Cunéo : quelle ne fut pas la surprise de nos collègues de voir déambuler sur les coups de midi des employés venus désinfecter les locaux…

Notre administration, pourtant si friande de protocole semble t-il, a oublié que toute intervention d’une entreprise extérieure dans nos services est soumise à un "plan de prévention". Celui-ci a pour finalité d’organiser cette intervention, de juger sa faisabilité ou non en présence des agents, de déterminer si elle nécessite par exemple la pause de matériel de protection, etc.

Ce 12 mars à Cunéo, la direction a mélangé vitesse et précipitation : des agents ont dû quitter précipitamment leur bureau quand d’autres, suivant les consignes des employés de l’entreprise, sont demeurés sur place… (Oui, comme à Cunéo il semble ne pas y avoir de responsable de site, ce sont les employés extérieurs à nos services qui donnent des consignes !)

Autre grave entorse aux règles élémentaires de sécurité : après avoir parcouru des couloirs aspergés de produits toxiques, les agents se sont retrouvés face à des portes de sortie… fermées !
Au regard des maux de tête rencontrés par de nombreux collègues concernés, nous exigeons de connaitre la nature exacte de ces produit et leur dangerosité.

De la même manière, les personnels sortis à midi en ignorant la situation ubuesque qui se tramait n’ont pas pu rejoindre leur bureau et sont restés parfois 1 heure dehors à patienter…
A l’évidence, ce n’est pas aux agents de subir cette désorganisation des services du seul fait de l’administration et il serait incompréhensible et inadmissible qu’ils en subissent un débit d’heure à la pointeuse !

Ont donc été réalisées le 2 mars la désinfection du rez de chaussée + 2ème étage, puis les 3ème et 4ème étage le 10 mars, puis à nouveau le rez de chaussée et le 2nd étage ce fameux vendredi 12 mars, le tout dans la plus totale absence d’information de la part de la direction, et sans aucun pilotage. Bref, une désinfection façon Rubik’s Cube !

Toutes ces carences nécessitent des explications et un réel engagement de la direction autre que se cacher derrière le sempiternel "nous avons appelé le médecin de prévention, le protocole est appliqué !".
Nous les exigerons demain matin, mercredi 17 mars, lors du CTL qui se tiendra en audio….

Le bureau FO-DGFiP 2A