Section de la CORSE-DU-SUD
 DRFiP de Corse du Sud
2 avenue de la Grande Armée BP 410
20191 AJACCIO Cedex
 04-95-23-51-70  04-95-23-79-89
 fo.drfip2adgfip.finances.gouv.fr

Des "antennes pérennes", bel oxymore ! (boycott CTL du 16 septembre 2021)

Des "antennes pérennes", bel oxymore !
Boycott du CTL du 16 septembre 2021.

Madame BESSOU-NICAISE, présidente du CTL,

A travers les documents préparatoires à ce CTL, nous apprenons que vous décidez arbitrairement de modifier le NRP pour les 1ers janvier 2022 et 2023.
"Arbitrairement" car, rappelons-le, le NRP 2022 a déjà fait l’objet d’une présentation et d’un vote en CTL au printemps dernier.
"Arbitrairement", car à moins de 3 mois 1/2 de l’échéance, vous ne vous encombrez même pas de la "séquence concertation" avec les élus, pourtant prévue par la procédure NRP. Au mieux assurez-vous une "séquence présentation" auprès d’eux… nuance !

2 mois après votre prise de fonction dans le département, vous souhaitez bien entendu marquer votre arrivée, même dans la précipitation : qui dit nouvelle directrice, dit nouveau NRP ! Alors nous avons droit au "toujours plus" : toujours plus loin, plus fort et plus vite dans le démantèlement de nos services.

• Au 1er janvier prochain, le SIE de Porto-Vecchio qui devait récupérer les missions du SIE de Sartène, ne sera donc plus qu’une antenne du SIE d’Ajaccio.
• Le SIP de Sartène, qui récupère toujours celui de Porto-Vecchio au 1er janvier 2022, deviendra une antenne du SIP d’Ajaccio au 1er janvier 2023.

Voici donc votre programme :
Démanteler le réseau, c’est bien, le plus vite possible, c’est mieux !

Ces 2 SIP/E devaient initialement s’échanger une de leur mission et ainsi en se spécialisant, renforcer leur structure. Tel était l’argumentaire de la direction il y a seulement 5 mois, lors du CTL du 28 avril 2021, pour justifier le NRP "1ère mouture".

Mais aujourd’hui, vous considérez qu’il serait difficile d’y assurer les "tâches complexes" comme la tenue de la comptabilité, la gestion du contentieux. Il convient alors, selon vous, de les transférer au SIP et SIE d’Ajaccio, ce qui justifierait la transformation de Porto-Vecchio et de Sartène en "antenne".

Croyez-vous qu’il soit plus simple d’exécuter les "tâches complexes" à Ajaccio, à effectif constant, dans des services déjà en souffrance ? A moins d’y transférer les emplois de Porto-Vecchio et de Sartène… auquel cas, on ferme les antennes !
On connaît la chanson, madame BESSOU-NICAISE : on prélève les missions, puis les agents, puis on ferme !

Épargnez-nous le sempiternel "je ne suis pas devin, on ne sait pas de quoi sera fait l’avenir !", car votre méthode ne date pas d’hier et c’est la même qui a permis de supprimer toutes les trésoreries rurales de la région (suppression de la mission recouvrement de l’impôt, puis des emplois, puis suppression des structures…)

L’avenir, vous êtes en train de le dessiner : démantèlement accéléré de nos structures pour mieux continuer à supprimer des emplois. Belle tentative de nous faire passer la pilule (à nous ou aux élus ?) en mentionnant le maintien d’un accueil physique aux guichets de ces 2 antennes, mais à quoi bon, dans des structures qui sont destinées à fermer encore plus rapidement que prévu !

Jouons-nous les Cassandre ? Contredisez-nous alors et assurez-nous de la pérennité de ces postes en les maintenant en de vrais postes comptables, mais ne "vendez pas du rêve" aux agents concernés en leur faisant miroiter la fin des tâches complexes quand votre objectif, en réalité, c’est la fin de leur structure !

Par ailleurs, concernant ces missions transférées, les agents du SIP et du SIE d’Ajaccio sont curieux d’entendre vos explications quant aux moyens alloués pour tenir toute la compta du département, la gestion du contentieux, etc.

Modifier ainsi les plans à 3 mois 1/2 de l’échéance impacte considérablement un autre paramètre : l’humain !

Depuis le début de l’année 2021, les agents concernés par le NRP n’ont pas été épargnés avec l’obligation d’opter entre la mobilité géographique ou fonctionnelle, la possibilité ou non de télétravailler, ou de travailler à distance, puis les conflits de priorité etc.

Alors qu’en cette rentrée devait enfin leur être signifiée leur nouvelle affectation, ce soudain changement des règles du jeu, de votre part, à nouveau jette le trouble et modifie la donne. La preuve en est, les agents actuellement affectés sur le SIP de Porto-Vecchio ont un délai supplémentaire, jusqu’au 26 septembre, pour se prononcer. Vous considérez donc que rien ne change pour tous les autres agents ? que choisir d’être affecté sur un SIP ou un SIE "consolidé" ou bien sur une antenne qui dépend d’Ajaccio, c’est identique ? C’est bien mal connaître leur ressenti !

Personne n’est dupe Mme la Présidente. Les antennes sont si fragiles que dans le marasme dans lequel végètent les postes de la DGFIP, elles sont destinées à disparaître à court terme, à tel point que vous vous sentez obligé de les qualifier de "pérenne" pour faire accepter votre projet. Vous les auriez maintenues en poste comptable si telle était vraiment votre ambition.

Dès lors, des "antennes pérennes", c’est de la malhonnêteté intellectuelle. Il est hors de question pour nous, les organisations syndicales siégeant au CTL, de la cautionner par notre présence à ce Comité que nous décidons aujourd’hui de boycotter.

Les élus FORCE OUVRIERE et SOLIDAIRES au CTL de Corse du Sud