Section de la GIRONDE
 Cité Administrative
14ème tour A
33090 BORDEAUX Cedex
 05-56-24-81-53
 fo.drfip33dgfip.finances.gouv.fr

ACTION DE LA SECTION LE 28 MARS 2019

Le 28 mars, les militants de la section FODGFIP33, en grève, ont décidé de se rendre à Lesparre, en soutien des collègues mobilisés. Le CDFP a été fermé au public.

En parallèle, avec l’aide de notre Union Départementale Force Ouvrière, une lettre FODGFIP a été adressé à tous les maires du département pour les alerter une nouvelle fois sur les conséquences du démantèlement de notre administration.

Quant à notre Directrice, qui ne daigne toujours pas nous donner la teneur de ses projets pour la Gironde, force est de constater que le dialogue social ne fait pas partie de ses priorités.

En effet, les représentants des personnels FODGFIP découvrent, seulement par les informations transmises par nos adhérents, que la Direction avance bel et bien dans ses projets. Cette dernière zappe totalement les organisations syndicales !

Ainsi, les collègues de Blaye devraient expérimenter dès avril la "visio-réception", à l’aide de tablettes fournies par la Direction, avec des usagers qui se rendront dans les mairies…
Ainsi, la fusion des SPF Libourne 1 et de Bordeaux 3 est repoussée mais en outre, le service fusionné devrait être implanté sur Libourne et plus sur la cité comme cela été prévu…
Ainsi, nous entendons aussi parler d’un transfert des brigades de vérification de la cité vers Mérignac…
Ainsi, nous entendons aussi que les Directeurs rencontrent en ce moment des élus locaux…

Tout se met progressivement en place et le ministre Darmanin fait lui aussi la tournée des popotes !

Il a a effectué la semaine dernière une escapade de 3 jours dans le Limousin sur le thème des services publics en milieu rural. Durant sa tournée, il a prétendu, sans rire et face aux
élus, augmenter la présence des services publics dans les territoires.

Pour réaliser ce tour de force et réparer la fracture numérique, Gérald DARMANIN, pilote du démantèlement accéléré de la DGFiP, préconise le zéro réseau. Pour obtenir des informations, être conseillé, accompagné dans leurs démarches, les usagers se rendront dans une maison de service au public. (MSAP)

Un plat que l’on connaît bien et qui change de dénomination au gré des groupes de réflexion et autres comités "action publique" dont s’inspirent les gouvernements successifs : maison d’État, maison des services, relais des services publics, MSAP. Un plat qui risque de devenir indigeste à force d’être réchauffé.

On supprime les hôpitaux, tribunaux, CAF, Sécurité Sociale, Centre des Finances publiques pour les remplacer par une station informatique connectée, un employé multitâche mis à disposition et vogue la galère. Les MSAP ne peuvent en aucun cas remplacer des services publics de plein exercice et de proximité. Le projet de Monsieur DARMANIN n’est pas d’augmenter la présence des services publics en zone rurale mais de transférer, d’abandonner rapidement nos missions et donc
de diminuer le service public.

Entre deux interventions, le ministre pousse la désinformation jusqu’à prétendre que la DGFiP aurait délaissé le conseil aux collectivités. Encore une fois, quel mépris pour les comptables publics et pour les agents des finances exerçant leurs missions en secteur public local !!
Peut-on ignorer, lorsque l’on est ministre des comptes publics, que la DGFiP apporte toute son expertise au quotidien en matière de conseil financier, fiscal, budgétaire aux collectivités locales ?

Certes la fermeture de centres des finances publiques devenus exsangues à force de suppressions d’emplois ne facilite pas le travail des agents.
Néanmoins, n’en déplaise au ministre, notre administration a toujours été l’interlocutrice privilégiée des collectivités. Elle n’a eu de cesse d’améliorer la performance et la qualité du service rendu à ses partenaires locaux ; d’innover et de s’adapter aux besoins différenciés des collectivités.
Depuis une quinzaine d’années, la DGFiP a même renforcé et modernisé son partenariat avec les décideurs publics locaux en s’engageant contractuellement à leurs côtés.

F.O.-DGFiP refuse d’être complice d’une communication indigne, mensongère et provocatrice.
F.O.-DGFiP s’oppose à la stratégie globale qui met à mal les finances publiques en particulier et le service public en général.

Tous les services de la DGFIP sont concernés. Tous les fonctionnaires sont concernés. Il faut une réaction collective forte pour faire reculer le gouvernement.
La mobilisation contre la géographie revisitée à la DGFIP et contre la réforme de la fonction publique doit s’amplifier !

Portfolio