Section de la SOMME
 DDFiP de la SOMME
22 rue de l'Amiral Courbet
80026 AMIENS Cedex 1
 03-22-71-50-06
 fo.ddfip80dgfip.finances.gouv.fr

Compte rendu de la conférence téléphonique du 29 avril avec le Directeur Général.

Le contenu du discours du Premier ministre, hier après-midi, a quelque peu bouleversé l’ordre du jour de cette conférence dont l’objet devait être principalement d’échanger sur les conditions du déconfinement. Il en a été évidemment question mais pas au niveau de détail ou de précision prévu. Il apparaît en outre que des éléments du discours remettent en cause des points d’atterrissage présumés, acquis à la DGFiP. Ont donc été successivement abordés le plan de reprise d’activité, le NRP, la situation des stagiaires, notamment de ceux devant intégrer les établissements de formation, et la campagne IR.

Plan de reprise d’activité (PRA) : de nombreuses incertitudes président à son élaboration, notamment la question des prérequis sanitaires en termes de propagation du virus et des moyens de transport. Ainsi, selon les propos du DG, la reprise de l’activité ne pourra se faire que de manière progressive, notamment dans les régions ou départements les plus touchés. La DG considère que, à l’horizon d’un ou 2 mois, le nombre d’agents n’étant ni en mode présentiel ni en télétravail devrait devenir très minoritaire. Afin de nous présenter, en début de semaine prochaine, un plan de reprise d’activité cohérent, l’Administration procède à l’identification et au recensement des différentes difficultés pour posséder une vision plus claire. Le sujet des transports en commun dans les grandes métropoles et, particulièrement, en Île-de-France demeurera problématique. De même, et dans toutes les régions, mais probablement davantage dans les plus touchées, la réouverture très progressive des établissements scolaires posera des difficultés aux parents d’enfants de moins de 16 ans. Ces deux questions ont été soulevées par plusieurs organisations syndicales, dont F.O.-DGFiP. En réponse, le DG a déclaré envisager plusieurs solutions, dont le maintien et la montée en puissance du télétravail ou encore des horaires décalés. Le DGA a rappelé que le nombre d’agents en télétravail a été multiplié par huit depuis le début du confinement et que l’arrivée de nouveaux matériels devrait permettre d’augmenter encore cette capacité. À l’heure actuelle, quelques collègues sont placés dans cette position avec leur matériel personnel, ce qui n’est pas sans poser quelques difficultés en termes de prérequis techniques notamment. L’ensemble des sujets liés à la reprise progressive de l’activité seront précisés la semaine prochaine, après le CHS-CT ministériel qui se tient demain.

NRP : deux organisations syndicales, dont F.O.-DGFiP, ont évoqué des questions relatives à un avancement des travaux du NRP dans quelques départements. Le DG a réaffirmé que ce dossier était suspendu et qu’il s’était engagé à ce qu’il n’y ait pas de « NRP subreptice ». Le Syndicat a réaffirmé son opposition totale à ce projet, lui a fait savoir qu’il faudrait tirer toutes les conclusions de la crise et qu’il serait hors de propos de continuer comme s’il ne s’était rien passé. S’il y a des leçons à retenir de cette crise, c’est bien le besoin d’un réseau de proximité, lequel a largement démontré sa réactivité et sa capacité à s’organiser en situation tendue. Le DG s’est déclaré prêt, le moment venu, à une discussion de bilan et d’analyse, y compris du projet de NRP au regard de ce que nous aurons vécu.

Stagiaires : le discours du Premier ministre amène la DG à une réflexion plus approfondie et à adapter sa copie. La question principale réside dans la distanciation sociale nécessaire pour les stagiaires devant intégrer les établissements de formation, mais également dans les moyens de transport. La DG avait envisagé plusieurs scénarios possibles : formation en mode uniquement présentiel, formation en mode purement distanciel ou encore mixte. Il semblerait que, s’agissant notamment des C stagiaires, on se dirige vers le plus de distanciel possible. Des précisions seront données en fonction des évolutions. Pour mémoire, les agents C stagiaires doivent être intégrés le 18 mai prochain, suivre de l’e-formation jusqu’au 2 juin, date prévue pour rejoindre un établissement de formation. Les techniciens géomètres et les contrôleurs programmeurs pourraient être également concernés. Sur les EP et LA, l’orée de l’été initialement avancée pour le début de la formation pourrait changer, sous toutes réserves à ce stade. De même, sur les sujets d’évaluation pour les autres stagiaires, la DG dit ne pas souhaiter que l’on s’acharne à vouloir à tout prix évaluer. Le DRH, profitant de l’occasion pour revenir sur des dates précises ayant circulé sur les forums la semaine dernière, a indiqué n’avoir pas communiqué sur cette question et en décliner toute responsabilité.

Campagne IR : selon le DG, les choses se déroulent plutôt bien, le niveau de réponse aux appels téléphoniques des contribuables, dit « décrochés », s’améliore de manière significative. Le nombre de déclarations déjà déposées demeure supérieur de 30 % par rapport à l’année dernière au même moment de la campagne. Évidemment, vu de Paris, tout se passe bien. Il apparaît néanmoins qu’ici ou là, les conditions de travail des collègues en présentiel dans quelques CdC et SIP ne sont pas optimales.

Demain, jeudi 30 avril, se tenant le CHS ministériel, la prochaine conférence téléphonique avec la DG est prévue lundi 4 mai.