Section de la VENDÉE
 Cité Administrative Travot - Rue du 93° RI - Bât. C - Etg 1 - Bureau 118
85000 LA ROCHE SUR YON
--> votre PAGE FACEBOOK " FO DGFiP 85 "
 06-86-40-23-16
 sebastien.lievredgfip.finances.gouv.fr

MESSAGE ADRESSE CE JOUR A LA DIRECTION…

MESSAGE ADRESSE CE JOUR A LA DIRECTION CONCERNANT LE COVID-19

Dr Bailly, Mr Le Président du CHSCT, bonjour,

Dr Bailly, nous vous remercions pour les précisions apportées et nous prenons acte de votre réponse liée au secret médical, nous comprenons parfaitement que cette contrainte s’impose à nous tous.

Cependant, Mr Le Président du CHSCT, nous souhaitons aborder rapidement avec vous les sujets suivants.

Comme vous le savez, le rôle des membres du CHSCT 85 est de s’assurer que tout est bien mis en oeuvre pour garantir la santé des personnels, dont est responsable le Directeur de la DDFiP de Vendée. Il nous faut donc pouvoir vérifier que toutes les mesures préconisées par la DGAFP et le Secrétariat Général ont bien été mises en oeuvre rapidement sur chacun des sites impactés.

C’est dans cet esprit de protection des agents, que les délégués vous demandent de dire, dans le respect du secret médical, dans quels services se trouvent les cas suspectés, et/ou testés positifs (connus à ce jour).

Sans cette information, vous comprendrez aisément que les délégués du CHSCT se trouvent dans l’impossibilité d’exercer leur mandat.

Les premiers retours que nous avons nous font craindre que les mesures engagées aient été insuffisantes pour assurer une protection garantissant la sécurité sanitaire des collègues présents physiquement.

Concernant un service notamment, où nous savons que plusieurs cas ont été suspectés à plusieurs jours d’intervalle, nous souhaiterions obtenir de votre part un retour circonstancié et détaillé des mesures prises au fil de l’eau.

En effet, selon les collègues présents au moment des faits, la prestation spécifique de désinfection aurait tardé à être réalisée et la mise en quarantaine insuffisante avec une absence de fermeture du site le temps de la désinfection totale par un prestataire agréé. La multiplication des cas suspects la semaine suivant le premier cas, tend à confirmer que les mesures préconisées n’ont pas été mises en œuvre dans des conditions appropriées afin d’éviter une contagion massive et/ou qu’elles sont insuffisantes.

Nous ne doutons pas que ce premier retour d’expérience vous apportera, monsieur le Président du CHSCT, la possibilité d’adapter votre stratégie pour les éventuels sites qui pourraient à leur tour être impactés ces prochaines jours. Nous souhaiterions donc avoir un réel retour de votre part, afin de réfléchir conjointement à cette stratégie.

Nous partageons le point de vue du Dr Bailly, d’une part sur la réactivité de nos services pour assurer la protection de la santé des agents et d’autre part sur la nécessité de rester tous unis pour faire face à cette crise.

Cette préoccupation majeure et permanente est naturellement partagée par tous les délégués du CHSCT,.

De plus, nos inquiétudes sont largement multipliées avec le lancement de la campagne IR pour laquelle nous savons que davantage de personnels vont devoir physiquement revenir travailler, augmentant ainsi le risque de contagion.

Nous sommes tous conscients qu’il est de notre devoir de fonctionnaire d’assurer les missions prioritaires pour maintenir l’activité de notre administration au service de nos concitoyens et de notre pays. Il est toutefois hors de question que la continuité de service se fasse dans des conditions ne garantissant pas totalement la sécurité des collègues, ces mêmes collègues qui nous ont mandatés pour défendre leurs intérêts lors des dernières élections professionnelles.

Dans l’attente de votre réponse d’ici le prochain CHSCT audio que vous nous avez annoncé prochainement (merci de nous en communiquer la date), cordialement.

Sébastien LIEVRE, secrétaire du CHSCT 85