Section de la NOUVELLE-CALÉDONIE
 Direction des Finances Publiques
4 rue Paul Montchovet - "Waruna 1" - BP E4
98848 NOUMEA CEDEX
 00-00-27-92-00
 fo.caledoniedgfip.finances.gouv.fr

GREVE DU 5 DECEMBRE : nous étions les premiers !

36% de grévistes hier sur la DFIP 988, avec quelques 10 heures d’avance sur les collègues de métropole (45% grévistes à la DGFIP au plan national) :

Hier midi, devant les grilles du HCR à Nouméa, nous étions près de 60 fonctionnaires d’Etat réunis sous la bannière Force Ouvrière pour porter en avant-première le message de la contestation nationale devant le représentant de l’Etat sur le territoire, lui affirmer notre soutien au mouvement et à sa revendication majeure sur les retraites.

Merci à tous les camarades qui sont venus gonfler les rangs des contestataires hier devant le HCR ! Nous espérons que ce coup d’essai donnera envie à d’autres de se joindre à nous lors de prochaines actions similaires !

Reçus en délégation par le secrétaire général adjoint du HCR, nous avons exposé d’abord les raisons de notre rejet au projet de retraites et rappelé ensuite les revendications particulières de chacune de nos administrations.

Pour la DGFIP, il s’agissait d’insister sur le sujet de l’ITR, de la désindexation injuste en formation, du nouveau réseau issu de la géographie revisitée, de la réforme du statut de la fonction publique et du recours accru aux contractuels.

Le secrétaire adjoint a pris bonne note de nos revendications et nous a assuré de les faire remonter au Haut-Commissaire.

Comme tous les fonctionnaires, les agents des finances publiques défendent leur statut, leurs droits et leur système de pension. Ils ne sont pas les privilégiés que veut faire croire le gouvernement : le taux de remplacement des fonctionnaires et des salariés du secteur privé est quasiment équivalent, c’est le COR (Comité d’Orientation des Retraites) qui le dit dans ses études !

Avec un projet verrouillé dès le départ, sous la pression des instances de l’Union Européenne (UE), par un budget qui ne doit pas dépasser 14% du produit intérieur brut (PIB), alors que le nombre de retraités augmente, et en instaurant un système par point dont la valeur deviendra un valeur d’ajustement budgétaire fluctuante, le gouvernement nous mijote un système inacceptable de nivellement des pensions par le bas !