Section de la CHARENTE
 Direction division CEPL
 06-88-39-03-24
 thierry.solasdgfip.finances.gouv.fr

Article de presse sur la grève

Actuellement pour justifier la réforme de la retraite le gouvernement avance 3 données qui semblent verrouillées dans l’airain.

L’avancée de l’espérance de vie
La situation financière en déficit du système de retraite et la charge croissante pour les finances publiques
La complexité du système.

Comme nous avons pu le voir dans nos précédents publications le déficit et un leurre malgré un taux de remplacement en baisse et la complexité du système même si elle est réelle n’est pas une vrai raison pour faire une réforme de cette ampleur surtout à l’ère de l’informatique.

https://www.fo-dgfip-sd.fr/016/spip...

La dernière donnée était donc l’espérance de vie.

Des études ont démonté que cette théorie d’allongement (comme si nous allions vivre ad vitam æternam) de l’espérance de vie était totalement surréaliste.
En effet l’espérance de vie dans les société occidentales connait un tassement depuis les années 80 (phénomène étudié pour la première fois aux Etats-Unis ou après avoir connu une augmentation continue depuis des décennies celle-ci diminue maintenant).

La question que nous posons donc depuis le début de cette réforme c’est : POURQUOI ?

voici un article sur ce point.

PS : petit ajout de dernière minute sur le modèle à point suedois