Section de la CORSE-DU-SUD
 DRFiP de Corse du Sud
2 avenue de la Grande Armée BP 410
20191 AJACCIO Cedex
 04-95-23-51-70  04-95-23-79-89
 fo.drfip2adgfip.finances.gouv.fr

Boycott du CHSCT 2A du 23 septembre : "Antennes", chronique d’une mort annoncée…


CHSCT du 23 septembre 2021

Déclaration de boycott de l’intersyndicale Finances 2A

"Antennes", chronique d’une mort annoncée…

Madame la Présidente,

A la lecture de l’ordre du jour du CHSCT convoqué ce matin, (point COVID, budget, visite de site par l’ISST, etc…) comment ne pas s’étonner du décalage entre les graves inquiétudes des personnels, et ce que nous présente pour avis (ou info…) l’administration.

Voilà ce qui préoccupe les collègues : Leur service va t-il disparaître ? Quand ? Avec qui, où et comment vont-ils bientôt pouvoir exercer leurs missions ?

Non pas que les "point Covid" et "point exécutions budgétaires" ne méritent pas d’être examinés, loin s’en faut… mais passer sous silence le démantèlement de nos services, nous ne pouvons l’accepter.

Depuis près de 2 ans, les projets de réorganisations des services (les restructurations, suppressions et fusions de postes) n’ont plus à être soumis pour avis au CHSCT.
Évidemment, l’ampleur et l’accélération des restructurations sont telles qu’il est compliqué pour les directions locales de devoir justifier l’injustifiable après l’avoir exposé une première fois en CTL. Alors ne pouvant attendre la suppression des CHSCT au 1er janvier 2023, l’administration décide dès maintenant, délibérément, d’occulter "là où le bât blesse".

Nous ne cessons de dénoncer en CHSCT la volonté des directions de minimiser l’existence des Risques Psycho Sociaux. D’abord on diminue les lignes qui leur étaient consacrées au DUERP… puis on décide aujourd’hui d’ignorer la cause première de ces RPS : les restructurations qui impactent tant les conditions de travail et de vie !

Concernant la DGFIP, la semaine dernière était soudainement présentée en CTL une grave accélération du NRP :
Au 1er janvier prochain, donc dans la précipitation, le SIE (Service des Impôts des Entreprises) de Porto-Vecchio, qui devait se renforcer (temporairement, nous ne sommes pas dupes !) en accueillant celui de Sartène, ne deviendra qu’une antenne du SIE d’Ajaccio. Même manœuvre pour le SIP de Sartène au 1er janvier 2023.
Dans le même temps rappelons la suppression des trésoreries de Lévie, Sainte-Marie Sicché, Vico et Bonifacio…
Au niveau national, en 4 ans, la DGFIP a supprimé la moitié de ses postes comptables. En Corse, on applique les mêmes consignes aveuglement, servilement, "le doigt sur la couture", sans la moindre prise en compte de nos spécificités (territoire montagneux, rural, population âgée et niveau élevé de pauvreté…) qui rend pourtant plus que nécessaire un vrai service public de proximité.

Une antenne, ce n’est plus un poste comptable en raison du transfert des missions dites "sensibles" (compta, contentieux…) vers les SIP et SIE d’Ajaccio auxquels ils sont rattachés.
Une antenne, c’est la "chronique d’une mort annoncée" d’une structure où les agents ne seront même plus administrativement affectés (seulement "en résidence") mais où ils exerceront leurs missions à distance pour le compte de la structure sur Ajaccio.
Il n’y pas de situation plus précaire pour la structure, il n’y a pas de situation plus fragile pour les agents !

Alors oui, ces décisions intéressent au plus haut point nos collègues, pas seulement en termes d’organisation du travail (à voir en CTL) mais aussi sous l’angle des conditions de travail, objet de ce CHSCT.
Vous faites le choix, à 3 mois de l’échéance, de ne même pas les inscrire "pour info" à ce Comité. Les organisations syndicales des finances 2A décident donc de le boycotter.

Les organisations syndicales FINANCES 2A